BIOGRAPHIE

LOGO BAYARD-NIZET

 

Accueil 

 

Edition 

 

Catalogue 

 

Compositeurs 

 

Gravure 

 

MyPartitor

 

Polices
 


Oeuvres éditées 

Compositeurs 

Georges Antoine 

Jean-Pierre Armanet 

Paul Barras 

Tiziano Bedetti 

Michel Béro 

Jean-Louis Cadée 

Leonello Capodaglio 

Yves Carlin 

Dominique Charle 

Thierry Chleide 

Marcel Cominotto 

Roger Cornelis 

Mathieu Debaar 

Christian Debecq 

Firmin Decerf 

Paul Detiffe 

Berthe di Vito-Delvaux 

Georges Dubois 

Albert Dupuis 

Luc Dupuis 

Michel Fourgon 

Pierre Froidebise 

Maurice Guillaume 

André Jadot 

Mathieu Jodin 

André Klenes 

Lucien Lambotte 

Louis Lavoye 

Michel Leclerc 

Guillaume Lekeu 

Jean-Luc Lepage 

Alain Levecq 

Pierre Liémans 

Albert Lomba 

Guy-Philippe Luypaerts 

Anne Martin 

Raymond Micha 

Marian Mitea 

Onofrio Palumbo 

Désiré Pâque 

Jean-Dominique Pasquet 

Carlos Peron Cano 

René Potrat 

Henri Pousseur 

Jean Rogister 

Paul Rouault 

Paul Sana 

Pierre Schwickerath 

Edouard Senny 

Claude Siquiet 

Philippe Verkaeren 

Patrick Wilwerth 

Pirly Zurstrassen 

  Pierre FROIDEBISE (Ohey 1914 - Liège 1962)

PIERRE FROIDEBISEPierre Froidebise est né à Ohey (Province de Namur) en 1914. Sa formation sera assurée par d'éminents professeurs parmi lesquels René Barbier, Raymond Moulaert et Joseph Jongen. Il obtint son premier prix d'orgue dans la classe de Paul de Maleingreau. Il faut, concernant l'orgue et le chant grégorien, souligner l'influence de l'Abbé Camille Jacquemin sur le jeune artiste. Il bénéficia également de l'enseignement de Jean Absil, de Paul Gilson et de Charles Tournemire.

Professeur au Conservatoire Royal de Musique de Liège, il sera également maître de choeur au Grand Séminaire de Liège et Organiste à l'église Saint-Jacques. Excellent pédagogue, on peut affirmer avec certitude son influence sur de jeunes compositeurs tels Philippe Boesmans et Henri Pousseur.

Parti d'un univers franckiste, il découvre graduellement Ravel, Stravinsky, Milhaud, trouve chez eux des modèles de plus en plus nourriciers et donne alors à ses intentions une tournure résolument progressiste. C'est lui qui révéla au public liégeois la musique dodécaphonique qu'il utilisa à son tour (Cantate Amercoeur) à la fin des années 1940, ainsi que d'autres techniques musicales comme la musique aléatoire qu'il aborde avec la Stèle pour Sei Shonagon. Esprit rafiné, d'une grande culturelittéraire, il s'enthousiasme pour l'oeuvre de Stravinsky comme pour celle de l'école de Vienne. Chercheur infatigable, il se penche particulièrement sur l'interpréatation de la musique d'orgue ancienne et publie plusieur recueils dont une importante Anthologie de la musique d'orgue des Primitifs à la Renaissance, qu'il accompagne d'un enregistrement sur disque.

Son oeuvre est vaste : musique symphonique, musique de chambre et instrumentale, musique de scène, opéras radiophoniques (La Lune amère, La Bergère et le Ramoneur, etc)

Source : La Médiathèque